Rôle et missions

Rôle et missions

1. Caractéristiques générales

Les structures adhérentes du Réseau 92 se définissent par une grande diversité : par leurs statuts, esthétiques, interdisciplinarité, rapport à la professionnalité, activités, moyens d’action et partenariats variés.

Ainsi, nous pouvons retrouver :

  • ­des structures pluridisciplinaires (MJC par exemple),
  • des structures totalement dédiées à l’accueil et à la diffusion de ces pratiques,
  • des écoles de musiques municipales ou associatives…
  • des lieux associatifs programmant aussi bien des groupes amateurs que des « têtes d’affiches » nationales,
  • des services municipaux proposant des studios de répétition et des actions d’accompagnement des pratiques musicales amateurs locales,
  • des associations de bénévoles, organisant ponctuellement des concerts 
  • des associations ayant développé des actions de tour management…

Mais au-delà de ces différences significatives, ces structures se retrouvent autour de principes de non-lucrativité et d’intérêt général qu’ils s’emploient à mettre en œuvre dans des logiques de partenariats et de complémentarité sur un même territoire.

Par une réelle pluri-activité au sein du champ des Musiques Actuelles : loin d’être focalisées sur une seule activité principale (diffusion, répétition ou enseignement) les structures ont choisi de diversifier leurs activités.

Ce constat atteste de la prise en charge par les structures des attentes des populations, spectateurs et praticiens, qui inventent, affirment, développent de nouvelles pratiques. Il témoigne également de la volonté des structures d’investir de nouveaux axes de développement dans le champ des Musiques Actuelles et de diversifier des projets désormais matures.

 

Sources : Extrait de « Etude chiffrée sur les structures de musiques actuelles en Ile-de-France », RIF, 2007.

2. Rôle

Au-delà du rôle d’animation de leur territoire que jouent ces structures par des programmations variées et des évènements « à taille humaine », il est essentiel de rappeler :

- le rôle que la pratique musicale joue dans la vie d’un grand nombre de franciliens, jeunes et moins jeunes (jeu en groupe : apprentissage de l’écoute, de la créativité, de la solidarité…) ;

- le rôle que peuvent jouer, ces équipement ouverts le plus souvent 7 jours sur 7, tard le soir, et dans lesquels chacun est accueilli, avec sa culture, ses envies, ses faiblesses ;

- le rôle que peuvent jouer en termes de diversité artistique et culturelle et en termes de lutte contre les industries du divertissement et d’ouverture culturelle des jeunes ;

- le caractère artisanal de la plupart des acteurs de ce secteur, de l’inscription d’un grand nombre dans le champ de l’économie sociale et solidaire, avec toutes les valeurs mais également toute la capacité d’innovation économique liées à ce champ ;

- le rôle qu’ils remplissent dans le fait de susciter des vocations professionnelles dans le domaine artistique et technique ;

 

 Sources : Extrait de « Propositions du RIF pour une politique régionale en faveur des pratiques actuelles de la musique », novembre 2010.

3. Missions


1. Construire une activité multiple et adaptée : Répondre à la diversité des besoins du musicien notamment dans les domaines de la création, de la répétition, de la formation et de la diffusion. Prendre en compte l'évolution des pratiques, l'émergence des formes artistiques et l'utilisation d'instruments et d'outils technologiques.

 2. Accompagner les musiciens dans leur parcours : Favoriser la diffusion de l'information auprès des musiciens. Aider à la réalisation de leurs projets de diverses manières (information, conseil, orientation, documentation) et concernant différents domaines (autoproduction, recherche de concerts, création d'une structure juridique, formation…). Respecter leurs choix esthétiques et leurs ambitions (activité de loisir ou aspiration à une professionnalisation).

 3. Valoriser le travail des musiciens dans l’accueil : Offrir de bonnes conditions logistiques et techniques (restauration, loges, balances…). Traiter de manière analogue tous types de musicien.

 4. Promouvoir l'expression des pratiques amateurs : Soutenir la création locale et la découverte. Installer les conditions d'évolution, particulièrement par un encadrement personnalisé des répétitions, la proposition de formations ou d'autres services adaptés. Permettre le rapprochement entre le musicien amateur et professionnel et le public, notamment par le biais de premières parties, de plateaux de groupes et de « tremplins ».

 5. Contribuer à la professionnalisation des musiciens : Permettre la diffusion de groupes « découverte ». Conforter le statut social des musiciens professionnels. Développer les actions d'accompagnement artistique et technique (formations, résidences...).

 6. Favoriser l’accès des publics : Mettre en place une politique tarifaire adaptée à l'environnement social de la structure. Mettre en œuvre des actions permettant de faire participer des publics divers (programmation variée, stages spécifiques …). Encourager la participation des populations locales (communication, partenariats associatifs …) et celle des acteurs locaux qu’ils soient culturels, sociaux, éducatifs…

 7. Réunir les conditions d’accueil des publics : Favoriser des lieux de pratique qui soient également des lieux de vie : espaces de rencontre et d'expression, liens de proximité, climat de convivialité, etc.… Accueillir tout public, quelque soit sa culture, sa confession ou son origine sociale.

8. Respecter l'individu, notamment en matière : De santé publique : prévenir les risques liés aux pratiques des musiques actuelles, à l'exposition à une source sonore (précautions auditives) et à l'usage de certains produits (tabac, alcool et drogues). D'environnement : respecter le voisinage.

9. Tendre vers la création d’un cadre matériel et d’aménagement de qualité, en matière : De sécurité : respecter les normes d’utilisation du matériel électrique et l'application de la réglementation des équipements recevant du public. D'hygiène : entretenir les locaux et le matériel. De confort : offrir un traitement acoustique du lieu et un équipement complet et en bon état. De fonctionnalité : adapter l’architecture et l’aménagement des lieux (espaces de repos, d'information …).

 10. Reconnaitre la place de chacun dans l’aménagement du territoire : Être attentif à la structuration de son territoire. Formuler un projet culturel qui n’aille pas à l’encontre de ceux des autres structures locales.

 11. Agir en conscience de sa responsabilité d’employeur : Respecter les obligations en matière : de droit du travail, de cotisations sociales, de réglementation, etc.…  Agir dans l’intérêt du personnel du lieu.

 12. Contribuer à la professionnalisation du personnel des lieux : Favoriser l'accès à l'information et aux savoirs-faire. S’inscrire dans une démarche de formation du personnel (permanent, intermittent, bénévole…) de la structure par le conseil et l'orientation.

 

Sources : Extrait de la charte d’adhésion du Réseau 92, 2007.


Jukebox 92, la CDthèque des Hauts de Seine
Conseil Général des Hauts-de-Seine