Un peu d'histoire...

Un peu d'histoire...

60’s : le Rock américain déferle sur l’hexagone. Il permet à la jeunesse de s’exprimer et au « show biz » de se développer : les 1ère idoles des jeunes sont nées.

70’s : les musiciens amateurs sont de plus en plus nombreux à former des groupes, à répéter dans leur garage, à fréquenter les salles de répétition, à jouer dans les bars et les MJC. Le rock progressif, le hardrock et le punk foisonnent.

80’s : la France devient un territoire de fourmillement musical et de militantisme musical : le Rock alternatif nait et est accompagné de la mouvance du « Do it yourself » des radios libres, fanzines, labels, mouvement totalement opposé au système du show biz.

Dans le 92, des groupes mythiques tels que la Mano Negra naissent et s’installent dans les squats comme la rue des Caves à Sèvres pendant que les « militants culturels » investissent leurs idées et leur énergie en faveur de cette discipline et créent des salles de diffusion et de pratique de renommée : la Salle Daniel Féry, le Fahrenheit, le Cadran Omnibus, etc…

C’est à partir de cette période que le département se démarque dans le paysage francilien : il devient un département précurseur en termes de prise en compte de ces pratiques musicales par l’institution avec des dispositifs mis en place par le Conseil général (Chargé de mission musiques actuelles à l’ADIAM, Pacte 92, etc…).

Musiques Tangentes (Chaville & Malakoff), Musique Pour Tous (Nanterre) et quatre autres équipements témoignent encore aujourd'hui d'une activité qui a débutée il y a plus de 20 ans autour de projets pour la plupart indépendants. Une décennie plus tard, d'autres expériences, dont un certain nombre municipales voyaient le jour à leur tour, au nombre desquels la Salle Daniel Féry (Nanterre), l'Avant Scène (Rueil-Malmaison) ou plus tard le Tamanoir (Gennevilliers).

90’s : les structures se lancent dans l’aventure fédérative dans l’objectif de développer les pratiques et de structurer le secteur. Le Réseau 92 naît officiellement en 1994.

2000’s : les projets musiques actuelles se sont multipliés. Le département est à ce jour doté d’un nombre important de studios de répétition et d’enregistrement privés ou municipaux, alors que la diffusion est moins présente.


Quelques repères historiques

[* Les dates en italique concernent le département.]

1948 : naissance de la fédération française des MJC.

1969 : plan Landowski initié par l’Etat qui planifiait sur dix ans une meilleure organisation des structures musicales françaises par la mise en place d’un maillage territorial par la création des ADIAM.

1977 : création du Concours National de Jazz de La Défense (Conseil général 92)

1979 : le département 92 se dote d’une ADIAM (1er directeur : Jacques Favart)

1982 : première fête de la musique 

1988 : création du festival Chorus (Conseil général 92)

1989 : naissance du programme Cafémusiques

1992 : création de la Charte 92, charte d'aménagement et de développement  du département 92.

1992 : l’Adiam 92 se dote d’un chargé de mission musiques actuelles (1er chargé de mission musiques actuelles d’une ADIAM)

1994 : création de la Fédurok (fédération nationale de lieux de musique amplifiée)

1994 : création du Réseau 92

1994 : création du dispositif Plan Rock du Conseil général 92 (dispositif de soutien financier aux projets musiques actuelles)

1998 : création du Label SMAC (Scène musiques actuelles conventionnée, label Ministère de la Culture)

1996 : création de la Férarock (Fédération des Radios Associatives Rock)

1998 : création de la Commission Nationale des Musiques Actuelles

1998 : le Réseau 92 se dote de son 1er salarié

1998 : décret bruit « lieux musicaux » – réglementant les niveaux sonores dans les lieux diffusant de la musique amplifiée

2000 : création dispositif Träce (Réseau 92, dispositif d’accompagnement des groupes du département)

2001 : naissance du RIF (Réseaux en IledeFrance)

2001 : vote de la loi Organique relative aux Lois de Finance

2002 : fermeture de l’unique SMAC du département : le Cadran Omnibus à Colombes

2002 : l’ADIAM 92 est dissoute

2003 : création du Pôle d’accompagnement du Réseau 92

2004 : loi de décentralisation : obligation pour les départements d’adopter un schéma départemental de développement des enseignements artistiques et qui intègrent les musiques actuelles

2005 : FORUMA (Forum national des musiques actuelles à Nancy)

2005 : création du Conseil Supérieur des Musiques Actuelles

2006 : Plan pour une politique nationale et territoriale des musiques actuelles

2007 : signature de la 1ère convention d’objectifs Conseil général 92/Réseau 92

2008 : Entretiens de Valois

2009 : le Réseau 92 se dote de son 3ème salarié

 

Jukebox 92, la CDthèque des Hauts de Seine
Conseil Général des Hauts-de-Seine